Céline Paris Mastère professionnel Gestion de projets culturelsAu delà de mon parcours de comédienne, et de psychothérapeute, j'ai depuis près de 15 ans travaillé dans la culture et plus particulièrement dans l'administration de structures culturelles et de compagnies de théâtre. J’ai travaillé en radio, en relations presse, dans la communication et l’évènementiel. Je me suis spécialisée dans la gestion globale de projets (administratif, artistique, gestion d'équipe, relation au public, communication). J’ai fondé et développé plusieurs entités culturelles (Les 6 Pots bleus, Buzz en Ville, Télégraphe 23), l'organisation d’événements artistiques (Shooting photo Les Super-Héros pour le Mois extraordinaire de la ville de Paris, Exposition à la Bellevilloise) et la mise en place de stratégies de communication et de relations presse (Festival Jazz dans les Alpilles, Roland Moreno…).

Le cursus suivi à l’IESA : Mastère professionnel Gestion de projets culturels. Désireuse de centrer mon énergie dans une démarche plus spécialisée, mais aussi de valider mon parcours empirique de manière académique, j'ai décidé de suivre cette formation, pour acquérir des outils me manquant, remettre à jour mes connaissances et me confronter à des personnes plus jeunes, me nourrir de ces rencontres, de fonctionnements différents, d’autres regards sur la culture.

Cette formation est un véritable virage pour moi. D’abord parce que retourner en cours à 40 ans est pour moi une formidable opportunité, dynamisante, qui oblige à refaire fonctionner son cerveau autrement, à se remettre en question, à se confronter… 

C’est aussi la prise de contact avec de nouveaux réseaux, le bouillonnement crée par le rythme soutenu des cours, des travaux attendus, des dossiers à rendre…. Il y a une obligation à relever les défis, se prendre en main, prendre contact, pousser les portes… Je connais ces démarches mais une part de moi s’était endormie depuis un certain temps et le réveil provoqué par la formation est très excitant, je me suis souvenue à quel point il faut oser, acter, avancer, rencontrer des gens… tout n’est pas simple, cela demande de l’énergie mais beaucoup de choses sont possibles ! Au delà des compétences acquises, des savoirs, des intervenants variés, c’est surement ce que je retiendrais, cette dynamique crée durant cette période. Au bout de 6 mois, je suis épuisée, j’ai quasi plus de vie sociale, je n’ai pas été dispo pour mes enfants, pour mes potes, j’ai une carence en sommeil, mais j’ai une énergie de dingue, et même si je suis quelqu’un de très enthousiaste à la base, mon enthousiasme est décuplé !!!

Ensuite techniquement, la formation est un cadre idéal pour construire des projets, qu’il soit PGR ou autre… On est entouré d’intervenants d’une richesse incroyable, qui partage leur expérience, sont toujours prêts à poser un regard bienveillant, à conseiller, à mettre en relation… C’est un atout énorme et c’est ce qui m’avait fait choisir l’IESA art&culture plutôt que Dauphine, ce rapport concret à la réalité du terrain, grâce à ces intervenants et les TD et projets à élaborer en parallèle des cours.

Je trouve juste dommage qu’une structure comme l’IESA n’ai pas son propre évènement, festival pluridisciplinaire ou chaque année, les différents élèves pourraient collaborer chacun dans leur discipline et tester sur un cas réel ses compétences… C’est un pôle qu’il serait intéressant de développer. Un beau défi !