Les formations professionnelles Chargé(e) de production sont au nombre de deux, permettant une spécialisation suivant le secteur de la culture visé :

  • Spectacle-vivant
  • Musiques actuelles

Pré-requis  

  • Avoir un niveau d’étude équivalant à un bac+1 (60 ECTS) ou avoir une expérience professionnelle de deux ans minimum, dans le secteur artistique et culturel ou dans un autre champ d’activité qui permette des transferts de compétence, 
  • Avoir un projet professionnel défini correspondant à la formation, 
  • Démontrer une veille réelle sur les activités artistiques et culturelles.

Objectifs d’acquisition de compétences 

Les formations professionnelles Chargé.e de production sont construites sur un référentiel de compétences commun au métier de Chargé de production de projets artistiques. Chaque formation intègre les spécificités de la spécialité traitée dans son programme d’enseignement.

L’ensemble des compétences est regroupé en quatre blocs : 

Assurer la gestion et le suivi budgétaire d’un projet artistique :

  • Estimer les coûts de production du projet artistique en s'appuyant sur un entretien avec l'artiste et l'examen des documents de base tels que la note d'intention, le synopsis, le scénario, etc.
  • Établir, en collaboration avec les différentes parties prenantes, un budget prévisionnel pour le projet en fonction des charges et des produits de production et d'exploitation, afin d'évaluer les ressources financières nécessaires et la viabilité du projet.
  • Déterminer le prix de cession/vente de la production artistique en fonction des frais liés à l'exploitation et du coût plateau, afin d'amortir les coûts de production et de dégager les fonds nécessaires pour les enjeux de développement et de structuration de l'organisation.
  • Réaliser un suivi budgétaire régulier de la production en effectuant des reporting et en comparant les prévisions (budget prévisionnel) avec les réalisations, afin d'identifier les écarts éventuels et de procéder aux ajustements nécessaires.

Mettre en œuvre les opérations contractuelles et règlementaires liées à la production et à l’exploitation d’un projet artistique 

  • Contractualiser les relations en établissant les contrats de travail des différents intervenants (internes, externes), en veillant à l’application et au respect du droit du travail.
  • Formaliser les engagements avec les différents partenaires/collaborateurs en établissant les différents types de contrats (de coproduction, de résidence, de cession, de coréalisation, de mise à disposition, etc.) et/ou conventions nécessaires à la production et à l’exploitation du projet artistique, en tenant compte des règlementations applicables, des accords mutuels entre les parties-prenantes et des spécificités de la production.
  • Effectuer les démarches nécessaires pour obtenir les autorisations relatives aux droits d’auteurs et droits voisins nécessaires à l’exploitation des œuvres, de manière à pouvoir reproduire ou diffuser diverses œuvres préexistantes réalisées par un tiers.
  • Garantir le respect des obligations légales en appliquant les obligations sociales et contractuelles liées à la dimension internationale d’un projet, en s’appuyant/informant sur les règlementations relatives aux pays concernés.

Organiser la production et l’exploitation d’un projet artistique : 

  • Identifier les professionnels et institutions susceptibles d’être mobilisés et impliqués dans le projet artistique, en s’appuyant sur la réalisation préalable d’un dossier artistique, afin d’engager des partenariats.
  • Établir un calendrier prévisionnel de production et d’exploitation, en déterminant – en collaboration avec les parties prenantes - les différentes étapes, jalons, et ressources nécessaires à chacune des activités, de manière à piloter et suivre le projet.
  • Élaborer la fiche technique de la production artistique, en recensant l’ensemble des besoins techniques et humains nécessaires aux représentations/monstration, de manière à anticiper les aspects techniques et mesurer les contraintes et adaptations possibles avec le lieu d’accueil et/ou l’acheteur du projet.
  • Planifier la logistique nécessaire aux interventions des artistes et techniciens, en négociant et en organisant leurs conditions d’accueil, de transport, et d’hébergement, etc. de manière à garantir le bon déroulement de la production/exploitation.
  • Établir les feuilles de routes et les plannings des différents intervenants/artistes, en recensant les moyens, priorisant les tâches ainsi qu’en définissant le calendrier des différentes activités, afin de coordonner les ressources/équipes.

Communiquer autour d’un projet artistique à des fins de prospection et de promotion 

  • Établir un plan de communication digitale et hors ligne, en planifiant et détaillant l’ensemble des actions à mener (objectifs, cibles, moyens, canaux, et messages), afin d’organiser et de suivre la communication autour du projet artistique.
  • Rédiger un dossier artistique, en synthétisant la démarche artistique du projet ainsi que ses objectifs (publics, partenaires, actions de médiation, etc.), afin de prospecter ou de présenter le projet aux partenaires.
  • Concevoir les différents supports de communication, en adaptant les contenus en fonction des cibles visées et des différents canaux de diffusion, de manière à promouvoir le projet artistique.

Objectifs pédagogiques 

Les objectifs pédagogiques des formations Chargé.e de production sont de permettre à l’apprenant, en fin de formation, de :

  1. Positionner le projet artistique (spectacle-vivant ou musiques actuelles) dans un environnement esthétique, culturel, socio-politique, 
  2. Organiser le processus de production,
  3. Assurer le suivi budgétaire,
  4. Participer à la gestion juridique,
  5. Gérer les dimensions logistiques et collaborer avec les équipes techniques,
  6. Piloter des projets à l’échelle européenne et internationale,
  7. Communiquer, promouvoir et commercialiser à l’heure du digital,
  8. Maîtriser les logiciels de PAO.

Poursuites d’études possibles

Les formations Chargé.e de production ne sont pas conçues en vue d’une poursuite d’étude. Néanmoins, les titulaires de la formation peuvent poursuivre leur formation s’ils le souhaitent à l’IESA arts&culture en Bachelor 3e année Production et médiation culturelles – spécialité spectacle-vivant.

Taux d’insertion professionnelle :

88%
à 6 mois dont

62%
dans les métiers visés.

(enquête renouvellement de la certification 2022)

Formation délivrée

  • Titre Chargé de production de projets artistiques de ECAD CONSULTANTS, Niveau 5 enregistré au RNCP sous le numéro 36984, NSF323s par décision du Directeur Gérénal de France Compétences du 24 octobre 2022.
  • Le titre Chargé de production de projets artistiques est également accessible par la voie de la VAE et de la formation professionnelle avec la possibilité de valider un ou des blocs de compétences.
  • Aucune équivalence déposée dans le cadre du dossier de certification. 
  • Pas de parcours passerelle pour cette formation.
  • Les indicateurs spécifiques CFA sont calculés par les ministères chargés de la formation professionnelle et de l’éducation nationale et disponibles sur le site https://www.inserjeunes.education.gouv.fr/diffusion/accueil

 

75%

Le taux d’obtention de la certification en 2023

Pédagogie

Méthodes pédagogiques mobilisées

  • Un coordinateur pédagogique tout au long de la formation.
  • Des contenus pédagogiques axés sur l’opérationnalité et la production des outils et documents fondamentaux de la production et de la diffusion. 
  • Des intervenants qui, tout en possédant la technicité obligatoire pour ce métier de formateur, sont des professionnels du secteur (musiques actuelles ou spectacle-vivant) et en connaissent parfaitement l’environnement afin de transmettre les savoirs et les compétences nécessaires mais également leur mise en pratique dans le cadre professionnel.
  • La réalisation d’un cas pratique en fin de parcours permettant la synthèses des acquis et leur mise en situation/utilisation dans un cadre professionnel.
  • Un accompagnement individuel, durant et après la formation, tourné vers l’insertion, la reconversion, la formation d’un parcours professionnel.

Modalités d’évaluation

Les blocs de compétences sont évalués par des études de cas et des mises en situations professionnelles :

Professionnalisation

Drouot Formation est conçu pour être la dernière étape avant d’aborder la vie professionnelle. Néanmoins si un stage n’est pas requis pour l’obtention du titre « Consultant » celui-ci peut être recommandé selon les cas et en fonction des objectifs professionnels que se sont fixé les étudiants. Dans cette hypothèse, ce stage ayant lieu de préférence à la fin du cursus, fait l’objet d’une préparation (aide à la rédaction de CV et lettre de motivation, identification des employeurs) à partir du second trimestre et en étroite collaboration avec le service de la professionnalisation de l’IESA.

La professionnalisation de l’étudiant durant la formation est une priorité. Elle se traduit par :

  • Des workshops, cas pratiques professionnels et projets de groupe. L’enjeu ? Déployer en situation réelle les compétences et connaissances acquises pendant les cours.
  • Des travaux dirigés en salle des ventes et musées.
  • Des rencontres avec des professionnels du secteur.
  • Un parcours de professionnalisation personnalisé. Objectifs : découvrir le secteur, renforcer ses compétences en situation professionnelle (stages et/ou contrats d’alternance) et se constituer un réseau solide.
  • Des stages ou une insertion longue (apprentissage ou professionnalisation) construite et personnalisée dans le cadre d’un parcours de professionnalisation suivi par un professionnel de la spécialisation.

L’ouverture à l’international : séminaires et master-classes menés par des intervenants exerçant à l’étranger, cours d’anglais professionnel… 

 

Évaluation à partir du cas pratique final soutenu devant le jury de certification :

  • réalisation d’un des livrables d’un dossier de production/diffusion : les intentions artistiques (le projet, l’artiste, les moyens, les publics)
  • une fiche des partenaires potentiels d’un projet avec des éléments de négociation
  • un plan d’action
  • des outils de communication (choix des supports, maquettes, budget )

Évaluation à partir du cas pratique final soutenu devant le jury de certification :

  • réalisation d’un des livrables d’un dossier de production/diffusion soutenu à l’oral
  • Cas pratique portant sur la construction d’un budget de production, d’un budget d’exploitation, élaboration et analyse d’un plan de trésorerie, estimation d’un coût de cession.

 

Cas pratique sur l’élaboration et la correction de contrats de spectacle ou de création, contrats de travail, de cession, de ventes ou contrats d’assurance.

Évaluation à partir du cas pratique final soutenu devant le jury de certification :

Réalisation d’un des livrables d’un dossier de production/diffusion comprenant le rétro-planning d’une production : préparation, répétition, création, diffusion

la rédaction des bases structurantes d’une fiche technique, étude d'un cas pratique sur l’élaboration d’une feuille de route.

Le titre certifié de niveau 5(Fr), Chargé de production de projets artistiques est délivré par un jury présidé par une personnalité indépendante après :

  • Deux épreuves écrites de 3h sous forme de cas pratiques de mise en situation professionnelle : Budget de production et Environnement juridique et financement.
  • Un oral de 45 minutes durant lequel le candidat présente un cas pratique appuyé sur un dossier de synthèse préalablement rendu.

100%

des étudiants de la promotion 2023 pensent que la formation leur a permis de construire un réseau professionnel*

100%

des étudiants de la promotion affirment que les contenus de la formation correspondent aux objectifs visés*

 

 

80%

des étudiants de la promotion 2023 déclarent que le parcours de formation leur a permis de s’insérer professionnellement dans les métiers visés*

 

*sur la base des répondants

Durée de la formation 

  • Nombre d’heures de face à face pédagogique et examens : 504h (Musiques actuelles) / 476h (Spectacle-vivant)
  • Stage professionnel : de deux à six mois.
  • (Calendrier de l'année en cours, le nombre d'heures peut être légèrement modifié en fonction des années)
  • Le stage a lieu à l’issu de la formation. 

Modalités et délais d’accès / Date de rentrée

  • La rentrée de la formation Chargé.e de production en musiques actuelles a lieu en mars.
  • La rentrée de la formation Chargé.e de production en spectacle-vivant a lieu en mars.

Pour candidater à la formation, vous devez renvoyer votre fiche de candidature. Le service des admissions vous appellera pour un entretien qui conditionnera votre admission. Cet entretien s’appuiera sur un dossier d’admission à remplir qui permettra votre positionnement par rapport à la formation choisie en termes de connaissances et de compétences ainsi que son adéquation avec votre projet professionnel.

Une commission d’admission se réunit tous les vendredis matin, vous recevrez donc la décision de la commission au plus tard le lundi suivant votre entretien d’admission.

Coût de la formation 

Forfait étudiant / demandeur d’emploi : 7500€

Tarif formation professionnelle : 15€/h

Ce coût de la scolarité comprend :

  • les frais d’inscription et les frais de scolarité permettant l’accès aux infrastructures, ressources pédagogiques et moyens informatiques de l’établissement dans le cadre de la scolarité suivie
  • l’accès au service de la professionnalisation et des stages de IESA arts&culture, le coaching des projets individuels et de groupe des étudiants dans le cadre de leur scolarité
  • l’accès au service international d’échanges et aux activités des quatre départements internationaux du Centre de recherche appliquée en Cultures contemporaines
  • l’accès aux conférences, colloques, événements organisés par IESA arts&culture dont l’accès est libre pour les étudiants de IESA arts&culture
  • l’accès privilégié à des événements ou manifestations organisés par des partenaires de IESA arts&culture dans les conditions définies pour chaque partenariat.
  • Il ne comprend pas les frais liés à l’achat des fournitures et matériel personnels, des livres de cours, des logiciels personnels et des éventuels voyages d’études qui sont à la charge des étudiants. 

Pour la formation initiale et en apprentissage, il ne comprend pas non plus :

  • les frais de Contribution à la Vie Étudiante et de Campus (91€) obligatoire pour toute personne s’inscrivant dans l’enseignement supérieur et collectée directement par le CROUS
  • la contribution activités pédagogiques (150€) couvrant les cartes musées et sorties scolaires obligatoires ainsi que l’assurance accident du travail
  • la cotisation à verser directement au BDE de l’IESA arts&culture (20€).

Nos anciens étudiants témoignent

Hélène McNutt

Photo étudiante - Hélène McNutt

"L’école m’a permis de rencontrer des professionnels du milieu de la culture et d'acquérir des connaissances solides dans mon domaine."