Les missions de l'éditeur musical

A l’origine, le métier consistait à éditer, imprimer et vendre des partitions musicales ; aujourd’hui on surnomme parfois l’éditeur « le banquier de la musique », dans le sens où sa mission est notamment de découvrir et d’investir dans les nouvelles créations de talents, afin de développer les catalogues d’œuvres qu’il administre et commercialise.

Ainsi, il veille au dépôt et à la protection des œuvres, à la collecte et la redistribution des paiements des droits d’auteurs. Plus globalement, il est un véritable partenaire et interlocuteur des artistes et de leur manager, il définit avec eux leur stratégie de création et d’exploitation. 

devenir éditeur musical

Les compétences requises et formations possibles

Compétences requises

L’Editeur se doit d’avoir une bonne culture musicale, dans tous les styles, afin de pouvoir identifier le potentiel des œuvres qui lui sont présentées et d’aiguiser son flair pour déterminer la stratégie d’éditorialisation. Il lui faut donc avoir un sens du marketing et de la commercialisation des droits. Une bonne maitrise du droit des propriétés intellectuelles est nécessaire, la lecture du solfège un vrai plus.

Autres informations clés

Lieux d'exercice et statuts

  • L’éditeur est salarié par des sociétés d’éditions musicales, de tailles variables, si la plupart sont des TPE, certaines grandes sociétés comptent plus d’une centaines d’employés.

Evolution de carrière

  • Le junior est d’abord assistant éditeur et assure l’administration des droits, puis il peut avoir un poste de gestionnaire de répertoire, pour ensuite assumer des responsabilités d’engagement artistique, on l’appelle souvent  directeur A&R, c’est à dire « Artistic and Repertories ».

Rémunération

  • Débutant au smic, l’éditeur, s’il se retrouve à gérer des répertoires de titres dont il développe le succès, peut avoir un très haut salaire composé d’une part variable correspondant aux nouvelles exploitations qu’il aura contribué à générer.