Le métier de conservateur d’art intéressera les passionnés. En effet, le quotidien de cet ange gardien au service des collectivités territoriales est toujours riche en nouvelles découvertes. Zoom sur cette profession et sur comment devenir un vrai professionnel dans ce domaine.

La définition du métier de conservateur d’art

Le conservateur d’art rejoint le métier d’un artisan d’art ou d’un artiste. En effet, il ne crée pas de nouveaux objets culturels, mais il prolonge leur durée de vie et veille à leur mise en valeur. Il transmet leur mémoire aux différentes générations en respectant un code de déontologie.

Voici les différentes missions de ce professionnel :

  • Réaliser une analyse historique, artistique et scientifique d’une œuvre (tapisserie, tableau, manuscrit…) ;
  • Établir un diagnostic et un constat d’état de conservation d’une œuvre d’art ;
  • Proposer un traitement adapté à l’objet ;
  • Réparer un objet d’art sans utiliser un matériau ou un procédé risquant de le dénaturer ;
  • Conseiller et assister un artiste ;
  • Rédiger des rapports techniques afin de valoriser un objet ;
  • Réaliser une documentation photographique sur l’état d’un objet avant, pendant et après sa restauration ;
  • Participer à différents événements (sensibilisation, manifestation culturelle…).

Les qualités à avoir pour exercer le métier de conservateur d’art

Un conservateur d’art doit avant tout être habile de ses mains. En effet, il sera souvent amené à restaurer des objets fragiles. Ce professionnel doit avoir de l’humilité et de la patience. La rigueur et le souci des détails constituent des atouts pour exceller dans cette profession. Pour le bon déroulement de ses activités, ce professionnel devra aussi avoir une grande sensibilité artistique. 

Outre ces différentes qualités, le conservateur d’art doit maîtriser plusieurs techniques et posséder plusieurs connaissances, dont :

  • L’histoire de l’art ;
  • La culture et la science ;
  • Les conditions de conservation des différents types d’objets ;
  • Les procédés scientifiques en rapport avec le vieillissement d’une œuvre ;
  • La technologie des matériaux.

Les domaines d’exercice d’un conservateur d’art

Un conservateur d’art peut exercer son activité en tant qu’indépendant. Toutefois, il peut aussi travailler pour une organisation dans le domaine de l’art et de la culture ou une collectivité territoriale. Au cours de sa carrière, il sera souvent amené à collaborer avec d’autres professionnels comme les archéologues, les historiens, les documentalistes… Cela dépendra de l’intérêt de l’objet dont il s’occupera ainsi que du lieu d’intervention. Parfois, il intervient dans les musées et sur les chantiers de restauration afin de garantir la conservation de plusieurs collections. 

Les études nécessaires pour devenir conservateur d’art

Afin de se former au métier de conservateur d’art, les étudiants sont invités à rejoindre une grande école comme l’IESA. Notre formation mastère (bac+5)  Art ancien et moderne est la plus conseillée pour apprendre les bases du marché de l’art. Elle vise aussi à approfondir les connaissances en gestion administrative et financière, en expertise et inventaire d’œuvres d’art, en valorisation d’objets d’art… 

Cette formation est accessible avec un bac+3. L’inscription à une session d’admission est obligatoire pour intégrer l’école. L’étudiant devra également réaliser un test écrit et un entretien avec les responsables.

Le salaire d’un conservateur d’art

La rémunération d’un conservateur d’art dépend surtout des commandes qu’il reçoit s’il travaille sous le statut d’indépendant. Pour les professionnels qui exercent leurs activités en tant que salariés, le salaire moyen est d’environ 1 700 euros bruts par mois.

Le conservateur d’art peut évoluer vers des postes supérieurs. Il peut notamment occuper le poste de galeriste, de conservateur de musée, de commissaire d’exposition, de régisseur d’œuvres d’art…